||||||||||||||| STEPHANE HARRIS |||||||||||||||


Première lettre de Marianne

Bonjour Stéphane,

J’ai fouillé chez toi pour apprendre à connaître un peu le petit monde de celui dont je vais utiliser le corps. C’est étrange d’habiter la chair d’un homme lorsque l’on habite habituellement celle d’une femme, mais cela reste agréable. Si je peux me permettre tout de même, prends garde à la surcharge pondérale.

J’ai l’impression que ton habitat est conçu comme un petit univers intérieur, un prolongement de ta personne, une sorte de forteresse ostentatoire destinée à te protéger du reste du monde. Personnellement, je juge cela plutôt illusoire et même pernicieux. Tu t’affiches sur tes murs ? Est-ce une coutume courante à votre époque ? Ne t’inquiète pas si je connais désormais certains de tes petits secrets qui doivent être, somme toute, assez communs dans ta civilisation et n’ont rien de honteux ou de fâcheux au regard de la mienne.

J’ai découvert que tu vis actuellement en l’an 2011 de votre calendrier. C’est une chance inespérée car c’est l’époque que je souhaitais atteindre.

On me nomme Marianne 362.1. C’est à dire que je suis le trois cent soixante deuxième humain nommé Marianne, né en l’an 1 de notre ère. Ce qui correspondrait à l’an 2112 de ton monde, il me semble. Ma naissance aura lieu cent un ans après notre rencontre. J’imagine ton étonnement.

Comme tu l’as compris, je viens du futur. Tu participes sans le savoir, à une expérience scientifique inédite ! C’est avec une intense émotion que je t’annonce que tu as contribué à la réussite du premier voyage à travers le temps (du moins nous présumons qu’il s’agit du premier).
Je vais tenter de t’expliquer en quelques mots ce qui vient de se produire, même si cela risque de dépasser ton entendement. Si certaines formules mathématiques laissaient espérer que le voyage temporel était envisageable, personne ne parvint jamais au moindre résultat. Nous omettions jusque là un paramètre des plus importants : tout ne peut pas voyager à travers le temps. Pour retourner vers ton époque, il m’a fallu abandonner la matière qui me compose, afin d’emprunter ton véhicule corporel. Car nos corps, faits de chair et de sang, sont comme toutes les formes d’existence : bornés par l’espace et le temps.

J’ai pris conscience qu’il me faudrait quitter mon existence pour chercher à pénétrer une existence plus ancienne. Je suis parvenue à me détacher de moi-même pour m’élever jusqu’au Souffle. C’est ainsi que nous le nommons respectueusement. Le Souffle n’est pas emprisonné dans l’espace et le temps puisqu’il en est le Souffle. Vous ne connaissez pas le Souffle. Vous le négligez sous le terme de vide.

Le Souffle a permis ce voyage. Le Souffle t’a choisi pour me recevoir. Le Souffle m’invite ainsi à te délivrer mon message. Le Souffle t’a choisi pour en être le messager.

Je te laisse le temps d’assimiler ces informations. En espérant parvenir à nouveau jusqu’à toi prochainement.