||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Nomad Audio

NOMAD AUDIO c’est le studio qui a le vent en poupe ! Step In Fluid, !No Faïence !, Glucoz, Bunkum, The Line Up, Blasphème, Sinscale..., sont déjà passés sous la houlette, pour le plaisir de vos oreilles !

Comment en es tu arrivé à créer Nomad Audio ?

J’ai commencé la guitare ado’ et joué dans plusieurs groupes. Pour enregistrer les bouts de morceaux que je composais, il y a 5 ans, j’ai acheté une petite carte son et je m’enregistrais sur un PC. Le montage et le mixage des sons me faisaient prendre beaucoup de plaisir. Par la suite, j’ai enregistré complètement mon propre groupe. Les potes me demandaient à leur tour mes services pour leur groupe. En 2008, j’ai décidé d’investir vraiment en matériel pour créer une structure professionnelle.

Tu as travaillé plusieurs mois sur la construction de ton nouveau studio, dans un nouveau lieu peux-tu nous en parler ?

Depuis la création, je travaillais dans des locaux aménagés de façon « artisanale ».
Cela ne m’a pas empêché d’avoir de bons résultats lors des prises de sons, mais ce n’était pas très adapté.
A l’été 2010, j’ai trouvé un local près de la Roche-sur-Yon suffisamment spacieux et tranquille. C’était le lieu idéal pour créer à la fois un studio d’enregistrement, un espace de vie et un dépôt pour le matériel de sonorisation événementielle.
Aidé de Christophe Gauron (ZicpassYon), qui occupe les lieux également, j’ai pris le temps d’y soigner l’isolation phonique, le traitement acoustique et l’esthétique. Le studio est complètement éclairé par la lumière naturelle. Ce lieu est une nouvelle étape et depuis début 2011, les groupes s’y succèdent.


Avec les nouveaux logiciels de MAO, il est très facile de faire de la musique soi même. c’est la profusion des home studio,Ça ne t’effraie pas ?

C’est assez simple et excitant de pouvoir s’enregistrer et mixer ses morceaux en bonne qualité grâce à la MAO. C’est ce qui m’a séduit et encouragé dans cette voie. Maintenant, en studio, on ne travaille pas sur sa musique, mais sur celle des autres ! C’est une histoire de cohésion entre l’artiste et le technicien.
En MAO, l’enregistrement d’une batterie est assez fastidieux car il faut une acoustique correcte, un bon parc micros et des connaissances sur leur placement.
J’ai souvent enregistré des musiciens qui pratiquent la MAO. C’est un plus, car ils sont habitués à s’entendre et connaissent déjà la souplesse qu’offre l’enregistrement numérique. On travaille donc mieux !

Quels sont tes critères pour travailler avec un groupe/artiste ? Fais-tu une sélection des groupes que tu enregistres ?

Je ne fais pas de sélection. Lorsqu’un groupe me contacte, je prends soins d’aller les voir en répet’ avant. Ça me permet de faire le point avec eux, sur leurs attentes, leur niveau musical et d’exigence et d’avoir un premier contact.
Si je m’aperçois qu’ils ne sont pas encore tout a fait prêts, je leur propose de repousser un peu l’enregistrement et de travailler sur certains points.

T’arrive-t-il d’intervenir dans la composition ou les arrangements des morceaux d’un groupe ?
Vu que je suis musicien, j’ai des idées sur l’interprétation et sur les arrangements. J’en fais part aux groupes. L’attente des groupes n’est pas la même d’un projet à l’autre. La confiance s’installe naturellement. Les artistes prennent souvent note de mes suggestions, mais ils ont le dernier mot.

Les prods, c’est plutôt « major » ou « indé » dans l’ensemble ?
Que penses tu des prod d’aujourd’hui où certains groupes sont à la course au gros son ?

« Indé », vu que la pratique musicale en France est majoritairement « amateur ».
Le « gros son », c’est une esthétique qui colle à certains styles. D’autres musiques ne réclament pas ça. Il faut doser la prod’ pour qu’elle colle le mieux à la musique.

Tu as commencé depuis environ 2 ans, (c’est bien çà ?) On imagine que tu as rencontré beaucoup de musiciens d’horizons différentes… As tu eu un coup de cœur sur une rencontre, un groupe en particulier ? Quel est ton meilleur souvenir ?

J’ai commencé de façon professionnelle depuis 3 ans et ce que j’aime, c’est la diversité des style sur lesquels je travaille.

Arrives-tu à faire abstraction de toutes tes habitudes et réflexes quand tu écoutes de la musique, ou ça devient parfois difficile ?

J’analyse forcément la prod’ des musiques que j’écoute. C’est une passion !
Il y a d’infinies possibilités de mixer une musique, mais c’est avant tout la qualité de la composition et l’interprétation qui font un bon morceau. Si le son est bon, c’est la cerise sur le gâteau.

Un groupe que tu aimerais avoir dans ton studio ?

En groupe local : The ones
Sinon... Heu... Pink Floyd !

Ton mot de la fin ?

J’attends la réponse de Pink Floyd à ma proposition !!!

http://www.myspace.com/nomadaudio

http://www.nomadaudio.fr/

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3