||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Cantaloupe (1996)

Michael GORDON

Trance

Michael Gordon, fait partie de la nouvelle génération issue du minimaliste New-yorkais, il est également co-fondateur du collectif Bang On a Can.
On pourrait le qualifier de proche de Steve Reich, Glenn Branca, Philip Glass, Brian Eno et autres compositeurs qui comme lui, suivent leur propre voie, en dehors des règles musicales établies.
Gordon, nous livre avec l’album "Trance" une musique complexe mais harmonieuse, rythmique au "groove" unique et indéfinissable, savoureux mélange entre musique rock et musique minimaliste.
Adolescent, Gordon écoute surtout du rock et passe plus de temps à fouiller dans les bacs des disquaires qu’a bosser ses gammes de piano et sa musique résulte donc de son expérience avec les groupes de rock underground New Yorkais et de ses études à Yale School of Music auprès de Martin Bresnick, le seul qui d’ailleurs le soutient lorsqu’il rejette l’approche de l’école envers la musique contemporaine (la musique contemporaine y est abordée comme ne pouvant être comprise que par les compositeurs eux même, ça c’est de l’ouverture d’esprit me direz vous pour une école ayant autant de prestige) .
Après "Strange Quiet", "Big Noise from Nicaragua", "Yo Shakespeare", et "Industry", l’agressif, terrifiant et implacable Trance avait fait sensation à sa sortie en 1996. Remixé et remasterisé depuis (en 2005) par l’ensemble le plus en vogue d’Angleterre : Icebreaker. Transe est une pièce d’une cinquantaine de minutes pour 22 musiciens, découpée en 6 mouvements, et n’est pas moins qu’un véritable chef d’oeuvre.
A l’écoute de ce disque on pense forcement à Steve Reich, Philip glass, ou encore Glenn Branca (et ses symphonies pour guitares). Ici, Gordon va encore plus loin dans ses recherches hypnotiques et rythmiques, savoureux mélange de ses deux univers : l’intensité et l’énergie du rock et les éléments répétitifs issus du minimaliste.
Se succèdent alors des sons granuleux de guitare électrique (rappelant quelque peu Mike Oldfield sur la fin de Trance 4), du synthétiseur, de la basse et des instruments acoustique (trompettes, carillons, saxophone, trombones...)
Transe 4 est le premier morceau que j’ai découvert de Gordon, sur une compilation accompagnant le livre "nouvelle musique" de Stéphane Lelong (que je vous conseille également vivement) et c’est celui qui me marque et me frappe toujours autant.
Dans celui-ci Gordon procède par adjonctions successives d’instruments dans une structure rythmique répétitive découpée et distribuée sur plusieurs instruments, jouant ainsi sur les différents timbres sonores. Peu à peu se dessine une mélodie hypnotique, entêtante et intense s’élevant en intensité au fil du morceau par ces assemblages et superpositions des instruments, pour aboutir à un paroxysme, à coup de guitare électrique et de nappe de synthé sombre et profonde, grandiose !
Le seul hic dans l’histoire c’est que ce disque était introuvable en France, heureusement que Gordon et deux de ses compères toujours en quête d’indépendance décide de créer, le label Cantaloupe qui permet de sortir par leurs propres moyen leurs disques (Trance en fait partie), et de se faire distribuer en France par Distrart, pour notre plus grand plaisir.
Un disque que je conseillerais autant aux amoureux de la nouvelle musique qu’aux enfants du rock, no wave et autres dérivés post rock et math rock qui pourrait bien ici trouver de nouvelles inspirations.

Lien web :
Bang on a Can
Cantaloupe
Red Poppy
Clic Musique ! (le site Web de Distrart, distributeur de Cantaloupe en France).

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3