||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Label ANOTHER RECORD

“Another Record - Independent micro-label for sensitive people”

Dénicheur de talents, Another Record est de ces labels qui vivent d’amour et d’eau fraîche, libre, intègre, passionné et passionnant !
Half asleep, Gâtechien, Luis francesco arena, The wedding soundtrack, Odran Trümmel ... autant de noms que de talents, de délices singuliers...
Il y a aussi leurs compils "Sweets for the wild " qui ont permis les découvertes de nombreux artistes : Dirge, Sincabeza, le singe blanc, pour ne citer qu’eux ... la section Musique en Marge aux artistes habités et sombre comme Delphine Dora, sprectre envoutant non identifié...
Et puis il y a "une philosophie du libre" car comme chacun sait, internet n’est plus à négliger en tant qu’alternative à la distribution traditionnelle, c’est même une chance pour faire changer la donne ... rendre enfin justice à une scène indé trop longtemps rester dans l’ombre , chance qu’ Another record a rapidement saisi en choisissant de promouvoir et disséminer ses artistes par le biais de la licence Créative Commons
...

Activiste à l’actualité fleurissante, Another Record connaît maintenant une reconnaissance méritée de la part de médias influent (Magic, France Inter, Chronicart, les Inrocks ... ) et parce qu’on l’aime nous aussi, Mz se devait de vous le présenter !
Un petit aperçu du label avec Adeline ROBIN qui a eu la gentillesse de jouer le jeu de l’interview.

Mz : Pourrais-tu nous retracer un rapide historique et une présentation du label, de ses membres et nous dire ce qui vous a amené à le concevoir ?

Adeline : Le label a 5 ans ; ça risque d’être long ! Mais je vais tenter de résumer. Au début, le label, c’était Vincent, alias Dana Hilliot. Il avait créé un fanzine à Poitiers et jouait dans plusieurs groupes (Tino, All the living and the dead). Quand le premier (et dernier d’ailleurs) album de Tino a été enregistré, il s’est dit qu’au lieu de démarcher les labels, il allait créer le sien, que ça serait plus simple Et pour fêter la création du label, il a décidé de sortir en même temps que l’album de Tino une compilation 2 cds regroupant des groupes français qu’il avait rencontrés grâce au fanzine et à l’organisation de concerts sur Poitiers. Après, il y a eu les albums de Gâtechien et de Gina Artworth, et Vincent s’est entouré d’amis pour gérer le label, Clément qui jouait dans All the living and the dead, et joue maintenant dans The Wedding Soundtrack, et Flo de Gâtechien. Comme les quatre premières sorties, pressées mais pas distribuées, commençaient à être un gouffre financier, ils ont décidé de faire du cdr pour les suivantes. C’est encore ce qu’on fait pour les sorties traditionnelles. Flo a quitté le label, Delphine Dora, Jullian Angel et moi y sommes rentrés. Ça se fait sur des rencontres. Maintenant, nous sommes 6. Vincent est parti. Il y a donc dans le label quelques membres des groupes que nous sortons (The Wedding Soundtrack, Jullian Angel et Delphine Dora), et des gens comme moi, qui n’espérons pas sortir un album un jour mais qui désirons faire connaître la musique que nous aimons.

Quel bilan feriez vous depuis sa création ?

Le monde de la musique a beaucoup changé en 5 ans, et le label aussi d’ailleurs. Au début, Vincent a voulu faire un label classique, dans les règles de l’art. Et puis, il a commencé sérieusement à réfléchir à sa pratique musicale et au positionnement du label au sein de « l’industrie ». ça a mené à une promotion des groupes qui use fortement de toutes les possibilités offertes par internet. Tous nos artistes sont maintenant sous licence creative commons, c’est-à-dire que nous autorisons, notamment, les auditeurs à télécharger des morceaux, sans encourir de poursuites judiciaires. Du coup, on a énormément de gens qui nous connaissent par le biais de ce média. Je pense qu’en 5 ans, on a obtenu une reconnaissance tant dans le milieu du disque (bon, tout est relatif, mais on est suivi par des magazines qui nous considèrent comme un label « découvreur de talents » notamment parce qu’on a sorti le premier album de Half Asleep, Gâtechien ou Luis Francesco Arena qui sont maintenant sur de plus grosses structures) qu’après du public qui aiment ce que nous sortons. Je trouve donc que le bilan est positif.

Quelles sont les réalités au quotidien d’une petite structure ?

Il y a l’aspect matériel : découpage des pochettes avant, collage, gravure de cds, gestion du site internet, mais aussi l’aspect promotionnel : envoi aux magazines, aux radios et aux salles de concerts. On essaie de développer la recherche de concerts (avis aux organisateurs !), parce que les groupes sont demandeurs, et que ça permet encore une fois de faire découvrir leur musique à un plus grand nombre. Le label, c’est aussi beaucoup de débats, autour de son évolution, des groupes qui nous envoient des démos, de la musique. De longues discussions donc...

Combien d’artistes sous contrat actuellement ?

En fait, aucun ! On ne signe pas de contrats, tout se fait par oral, c’est une relation de confiance. On explique aux groupes comment on fonctionne et si ils sont d’accord avec ces conditions, ils nous le disent et on considère que les choses sont claires entre eux et nous. Mais sinon, en ce moment, nous promouvons surtout quatre groupes, nos trois dernières sorties : The Wedding Soundtrack, Jullian Angel et Odran Trümmel, et le groupe que nous allons certainement sortir fin 2006, début 2007, Dirge.

Vos projets pour cette année ?? Y a-t-il déjà de nouveaux groupes dans votre horizon qui pourraient être signés ?

J’ai déjà, du coup, un peu répondu à cette question. On risque donc de sortir le second album de Dirge à la fin de l’année. Sinon, on va continuer à promouvoir les autres. J’aimerais qu’ils tournent beaucoup, parce que ce sont de bons groupes de scène, et qu’ils ont sorti de très bons albums, peu diffusés, comme nous ne sommes pas distribués. Les concerts sont un moyen plaisant de diffusion. On pense aussi, vu l’assise que nous avons maintenant, passer au pressage et à la distribution, mais ça demande un gros investissement financier, donc, ça fait débat...Ce sera peut-être un gros changement pour l’année 2007. Peut-être que non...On verra bien.

D’ailleurs quels seraient les critères et les particularités qu’ils devraient posséder pour espérer éveiller votre attention ? Qu’est-ce qui préside à la signature d’artistes ? L’appartenance à une esthétique globale ? le coup de cœur ? la personnalité ? les rencontres ?

Au début, ça s’est fait beaucoup sur les rencontres. On a surtout sorti des groupes de Poitiers que Vincent aimait. Maintenant, c’est toujours un peu le cas, sauf que la rencontre peut être provoquée par une personne qui nous contacte.

On va dire que ça se fait par coup de coeur, et comme nous aimons beaucoup la pop-folk, le coup de coeur est beaucoup plus facile avec ce type de musique. Après, il faut vraiment que le courant passe avec les personnes dont nous aimons la musique, qu’ils soient sur la même longueur d’onde que nous.

La section " Musique en marge " avec notamment Delphine Dora attise ma curiosité peux-tu nous en parler un peu ?

En fait, on a deux types de sortie chez Another Record : des sorties cd et des sorties internet. Musique en marge appartient à la seconde catégorie.

Cette section regroupe trois projets « bruts » de trois artistes, Delphine Dora, Sandra et Li (ancienne chanteuse de Gina Artworth).
On ne peut même pas appeler ça projet, parce qu’à la base, ce sont des enregistrements « à la tire », si je peux emprunter cette expression. Bref, une image du premier instant de création. Chacune a un site qui allie une esthétique visuelle avec la musique, ce qui permet d’entrer dans un univers particulier, en marge car non formalisé.

Ou trouver vos disques ? en France ? à l’étranger ?

L’endroit où tout le monde est sûr de les trouver, c’est internet, sur notre page shop. On peut les acheter en ligne via paypal, ou par correspondance en m’adressant un chèque.
On a aussi développé un petit système de distribution dans des magasins indépendants.

On les trouve donc à Paris (Ground Zero), à Tours (Le donald’s pub et le café du café), à Rennes (Rennes musique), à Bordeaux (Total heaven), à Poitiers (Gibert Joseph), à Orléans (Planet claire) et à Bruxelles (Le bonheur). On tient aussi des stands durant les festivals comme la route du rock, les rockomotives, le forum des alternatives musicales à Toulouse... Et bien entendu, on peut les acheter durant les concerts des artistes.

Quel regard as-tu sur la scène indie-folk / indie-pop d’un point de vue Européen ?

As tu l’impression qu’une identité Française est entrain de se créer ?
Je ne sais pas si elle est en train de se créer. Plus le temps passe, plus je découvre les choses et plus j’ai l’impression qu’elle est bien présente, et ce depuis longtemps, mais peu relayée par les médias français qui seraient en mesure de l’exposer plus. On entend parler de la scène indie belge, norvégienne, canadienne...mais peu de la scène française qui n’a vraiment pas à rougir. Etre étranger, ça fait tout de suite plus crédible auprès de certains médias, qui relaient cette façon de penser. J’espère qu’un jour ils se pencheront sérieusement sur cette scène vraiment productive. Il y a tant de groupes intéressants que je trouve ça triste qu’ils ne soient pas totalement soutenus par la presse et la radio française, sous prétexte qu’ils ne chantent pas en français. Mais à côté de ça, ça ne pose pas de problèmes à ces médias de diffuser des groupes non-anglophones étrangers qui chantent en anglais. Bref, j’espère que ça va changer, et c’est aussi notre rôle de faire en sorte que ça change !

D’autres projets en dehors du label ?

En dehors du label, je suis prof. Après, j’ai des hobbies comme on dit, qui deviennent projets, et ne se concrétisent pas toujours. Donc, je n’en parlerai pas ! Sinon, je fais partie de l’équipe de programmation et d’organisation des concerts du donald’s pub à Tours. On a fait passer des groupes comme Okkervil River, Brian Jonestown Massacre, Calc, Red, Mansfield TYA... la saison dernière. C’étaient de bien belles expériences ! Sinon, pour parler des autres membres du label, Franck a une émission musicale sur radio Béton ! À Tours ( www.popcornweb.com ) et les autres composent de jolies chansons, quand ils ne travaillent pas.

Quel est ton plus grand souvenir lié au label ?

Quelque chose de très personnel en fait, une réaction de Vincent quand je lui ai dit tout ce que le label m’avait apporté. Sinon, surtout les concerts. Quand tu vois les groupes que tu défends jouer dans de bonnes conditions, et bien jouer, c’est vraiment super !

D’autres choses à ajouter ? Coup de gueule, si tu désires partager une pensée ou faire un gros coup de pub.....

Je vais juste reprendre ce que j’ai dit avant. Il faut être fier de la scène indépendante française et la soutenir.

Merci à Adeline ROBIN

Site web du Label : WWW.ANOTHER-RECORD.COM

Les artistes d’ANOTHER RECORD :

Odran Trümmel / All the living and the dead / Dana hilliot / Gatechien / Half asleep / Jullian angel / Luis francesco arena / Lunt / Sz / The wedding soundtrack

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3