||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Les Deux Singes – Pias (2008)

KEBOUS

Lupanar

Avant l’écoute des 12 chansons du nouvel album solo de Laurent Kebous, c’est d’abord la pochette qui étonne. Laurent Kebous s’y présente avec quelque chose d’un loup-garou. Mise en scène rigoureusement étudiée : il s’est fait une tête à la Wolverine : cheveux hirsutes et favoris le long des joues, il vous fixe avec les yeux jaunes et inquiétants du lycanthrope. Rien d’étonnant donc à ce que le chanteur des Hurlements d’Léo grogne son constat désabusé dans un album plutôt réussi. Étrange aussi cette oie qu’il tient entre ses mains, comme s’il allait la dévorer ? Pas tout à fait, si l’on considère qu’il s’amuse ici à inverser la légende des oies du Capitole : celle qu’il tient dans sa main n’alertera plus personne ! Le loup-chanteur est entré dans la ville… Et puis, Laurent Kebous s’amuse à filer la métaphore : il a baptisé son album « Lupanar ». Dans l’antiquité, les lupanars étaient des établissements offrants les services des « louves » (lupa), c’est à dire des prostituées. Mais peut être que dans l’univers moderne de Laurent Kebous, le lupanar c’est notre monde, dans lequel se sont donné rendez-vous tous les loups, que l’on ne distingue plus des hommes.

L’homme est un loup pour l’homme, écrivait Thomas Hobbes. Bref, assez subtilement, Laurent Kebous cultive le double sens et joue avec les symboles. Alors vient l’écoute… Sera-t-elle aussi travaillée que l’image ? Il y a dans ce projet beaucoup de postures ! L’univers de l’album est celui de la chanson. Il se veut poétique. Il faut lui reconnaitre une filiation avec la scène française. Et cela a ses bons et ses mauvais côtés. Il s’en dégage une impression plutôt agréable, de prime abord, d’une volonté de bien faire les choses et une certaine intelligence dans l’écriture. Arrangements et voix sont mis en valeur, recherche de la mélodie opiniâtre, jeux de mots et poésie omniprésents, … Certains ont surement déjà entendu le morceau radio « Y fait pas beau ». Mais voilà : le format est plutôt attendu et lisse. Les morceaux s’enchaînent et l’on n’est pas vraiment accroché par le détail. Il n’y a plus l’énergie du groupe qui l’a fait connaitre, et on se demande s’il ne perd pas plus qu’il ne gagne dans cette nouvelle aventure. L’avant dernier morceau – Lolita nie en bloc - est une reprise de l’album « Tostaky » du groupe bordelais. Alors on écoute le morceau avec intérêt. Mais malheureusement « tout n’est pas là » pour que le concept fonctionne et emporte l’adhésion. Un chanteur de plus au club des néo-réalistes ?

Label : Les Deux Singes – PIAS
Lien web : www.kebous.com

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3