||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Israel/Palestine : LA SOLUTION !

La bande de gaza est une langue de terre aride de 10 kms de large sur 50 kms de long environ, soit 360 kms2. 1 400 000 palestiniens s’y entassent, ce qui fait une densité de 3900 habitants au km carré. C’EST ENORME ! En comparaison le NEUF TROIS (260 kms2), à une densité de 6300 habitants au km2.
Gaza est donc une zone urbaine bordée par la méditerranée à l’ouest, par Israël au nord et à l’est et par l’Egypte au sud. Ces frontières sont totalement fermées. La population dépend totalement de l’aide internationale et du bon vouloir d’Israël pour sa survie et ses échanges avec le reste du monde. Les deux tiers de la population subsistent en dessous du seuil de pauvreté.
Amis lecteur, imagine-toi parqué dans un confetti surpeuplé grand comme la moitié du territoire de Belfort et sans possibilité d’en sortir pour le restant de tes jours. Avoue qu’il n’est pas nécessaire d’être un intégriste fou de Dieu pour y péter les plombs.
La Cisjordanie mesure 5800 kms2 (soit un département français) pour une population de 2 400 000 d’habitants (soit une densité de 415 habitants au km2. Autant qu’aux Pays-Bas).
Ces deux entités territoriales séparées par Israël formeraient l’Etat palestinien.

Israël mesure 20700 kms2 pour une population de 7 300 000 personnes (350 habitants au km2, trois fois plus qu’en France), dont 1 400 000 sont des palestiniens israéliens. Le niveau de vie y est bien meilleur, mais les tensions et les attentats très fréquents n’y permettent pas la vie en toute sérénité.

On constate que ces deux entités (Israël et Palestine) sont totalement imbriquées géographiquement et humainement :

Environ 5 500 000 juifs israéliens et 5 200 000 palestiniens chrétiens et musulmans dont un quart détient la nationalité Israélienne. Ça fait donc 11 millions de personnes partageant un territoire grand comme la Bretagne.

Lorsque l’on regarde objectivement la situation, en se débarrassant de tout préjugé ethnique et religieux on se rend compte que la cohabitation entre deux états séparés par des barbelés sur ce territoire n’a aucun sens et qu’un processus de paix basé sur cet objectif est voué à l’échec.
Il faut bien l’admettre : la création d’un état palestinien totalement soumis au bon vouloir de l’état israélien est une aberration. Ça ne fonctionnera jamais. Ainsi, il y aurait donc des palestiniens israéliens en Israël et des palestiniens tout court de l’autre côté du mur. C’est tellement absurde que l’on peut raisonnablement se demander comment les idéologues de chaque camp ont pu en arriver là ? Comment la diplomatie internationale peut-elle défendre un tel processus alors qu’il s’avère catastrophique depuis des années.

Il est temps d’ouvrir les yeux. L’unique solution est la dissolution d’Israël et de la Palestine dans un seul état laïque dont les juifs, musulmans et les chrétiens habitants de ce territoire seraient les citoyens. Bon sang mais c’est bien sur ! C’est la seule logique possible.

Et pourtant, ce n’est pas gagné. Combien de morts, combien de destructions encore, avant que l’on ne s’en remette à l’évidence ? Refuser cette nécessité c’est faire le jeu des intégrismes belligérants des deux côtés du mur. Les palestiniens sont un peu les allemands d’après guerre. Lorsque leur état, coupé en deux sépara des amis et des familles pour de longues décennies. Quels crimes ont-ils commis pour mériter cela ? Les premiers kamikazes n’agissaient pas au nom de Dieu pour gagner le paradis des martyrs, contrairement à ce que l’on voulu nous faire croire. Mais simplement parce que lorsque l’on est dans un tel état de désespérance au point d’être en panne d’existence, sans illusion, sans avenir, on peut en arriver à l’ultime extremité : se faire sauter en emmenant avec soi quelques-uns jugés responsables de son malheur.(Ensuite, bien sur, les fondamentalistes ont récupéré le business). Plus il y aura de nouvelles victimes dans ce conflit insoluble, plus cela renforcera ceux qui attisent les flammes. Dans chaque camp ce sont les plus intransigeants qui mènent le bal. Autant demander aux pyromanes de devenir pompiers.

C’est quoi au juste ce processus de paix : Trois ghettos. Israël peut-elle survivre longtemps avec des belligérants à chacune de ses frontières. La grande pauvreté, l’abandon des territoires palestiniens peuvent-ils durer éternellement ? Ajoutons les problèmes de l’eau rare, des terres agricoles, des colonies, de la surpopulation actuelle, du rapatriement des exilés palestiniens, du droit à l’émigration de tout juif vers la « terre promise ». Tous ces enjeux ne pourront se résoudre dans deux états séparés par des barbelés.

Heureusement, il y a encore des gens de bonne volonté de chaque côté pour défendre l’idée d’un pays commun (pourquoi n’ont-ils jamais la parole dans les médias ???). Alors, bien sûr, il ne sera pas simple de faire taire les armes. Mais il est certain que le choix de la mise en commun de cette terre revendiquée par ces deux peuples fera renaître l’espoir et rendra la parole à l’intelligence et à la modération.

Et tous ceux qui rejetteront cette évidence ne pourront plus se cacher derrière des idéaux et des mythes ethnico-religieux (c’est toujours pour la paix qu’ils font la guerre). Car ils auront choisi de perpétrer le bain de sang. La haine et la vengeance sont toujours la justice du malheur…

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3