||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Gagarin Records (2006)

HOLGER HILLER & THOMAS FEHLMANN

Wir Bauen Eine Stadt de PAUL HINDEMITH // Spiel für Kinder

On ne présente plus Felix Kubin (quoique...), musicien allemand passé maître de l’électro-bricolage, virtuose ès-MS 20, bête de scène, coupe de cheveux et costard impeccables...
Depuis 1998 (dix ans !), il dirige le label Gagarin Records, basé à Hamburg. Comptent au catalogue Candie Hank, Puyo Puyo, Mariola Brillowska et bien d’autres.

Voici la traduction du livret d’un disque plutôt rare réédité en 2006 par Gagarin.

WIE BAUEN EINE STADT, Spiel für Kinder
PAUL HINDEMITH – 1930

Joué par
HOLGER HILLER et THOMAS FEHLMANN

Vinyl monoface et CD - 2006
Gagarin Records – http://gagarinrecords.com/

"En 1930, le compositeur allemand Paul Hindemith (1895-1963) a écrit une série de petites pièces pour orchestres d’écoles, décrites comme « une œuvre pour enfants », et peignant la construction et la topographie d’une ville moderne.

La chose inhabituelle ici est l’âge de ses habitants : « Dans notre ville, ceux qui sont devenus grands » n’ont pas leur mot à dire. Notre maire a sept ans, et tous les tontons et tatas sont des enfants. Même l’agent de la circulation est un enfant ».

Wir Bauen Eine Stadt (« Nous construisons une ville ») est étrange à plus d’un titre.
Premièrement, comme une curieuse alternative à une société de personnes âgées.
Deuxièmement, comme la combinaison d’une musique constructiviste et de paroles archaîquo-modernistes. Ces paroles sont le reflet d’une foi naîve dans le progrès et dans une répression voulue transparente. La complexité de l’époque industrielle à venir est déguisée sous des traits simples, et tous les aspects de la vie urbaine moderne prennent un caractère de modèle. Du coup, une étrange intelligence « adulte » semble s’exprimer au travers de l’organisation de ce monde d’enfants. Les sujets abordés sont la circulation automobile, l’éducation, l’hygiène, la protection des consommateurs, la criminalité. L’auteur du livret, Robert Seitz (1891-1938) développe un certain penchant pour le listage de groupes de métiers (« Je suis le conducteur de train »), dont les membres ont constamment affaire aux plaintes de la clientèle (« Il y a des vers là-dedans »).
A la fin de la pièce sont arrêtés les voleurs de « montres, pommes de terre, voitures et jeunes chiots »).

Un demi-siècle après que l’œuvre originale fut créée, deux artistes allemands du milieu punk et new-wave réinterprétèrent la pièce et sortirent une cassette chez ATA TAK, un label basé à Dusseldorf. L’orchestration classique
de l’original est remplacée par un synthétiseur et des voix bidouillées. Mis à part cela, la partition est strictement respectée. L’usage d’instruments électroniques et d’effets de voix ne donne pas seulement une nouvelle vie à la dimension futuriste de ces pièces, mais y fait également subtilement référence dans le monde des adultes.

Telle l’étincelle d’un détonateur menant à un paquet d’explosifs, cette cassette traverse le corps des enfants et s’en revient par la tête de « ceux qui sont devenus grands »."

Felix Kubin
Traduction : Antoine Souchav

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3