||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Lez’art Music (2007)

GOO GOO BLOWN (Le Bonhomme)

Devilish FantaZiäh

Dans le monde enchanté des elfes, des fées et des cauchemars beaux comme des longs soupirs se cachent parfois des mondes inconnus, indéfinissables. Fragile perspective de vouloir sottement y trouver un quelconque entendement. Pour exemple : à en juger la qualité onirique de Googooblown (le bonhomme) on se prosterne pour une révérence sans précédent. D’une base pop-rock aérien puissamment orchestrée par un trio de cordes et la voix toujours en osmose de Matthieu, chaque morceau semble être construit pour une sorte d’apothéose. En français ou en anglais la prose est là fraîchement bâtie, élevée comme un sanctuaire. Un monde à part ou la symphonie croise le rock subliminal, frisant avec élégance la beauté sans faille d’un royaume merveilleux dirigé par Tim Burton. De la féérie des mots et des arrangements magiques on écoute avec attention cette merveille de 10 titres. Planant et nerveux le sublime se conjugue au pluriel sur ce second album pour un groupe qui se démarque par son originalité et son travail de force. Aussi mystérieux que Magma, l’univers de Googooblown est prompt à se laisser aller dans des délires hallucinogènes suggérés. Réalisé avec talent, toute flatterie même méritée ne saurait mettre suffisamment cet album en lumière, tout comme aucun superlatif ne saurait correctement déterminer les compositions rondement menées par Matthieu dont la voix transporte, émerveille. De la beauté de Sigur Ros, Googooblown a conservé le lyrisme sachant y conjuguer une fraîcheur rock façon Venus et/ou Placebo ("Daisy Soup & Pork Breast"). Mais nul groupe n’est comparable à celui-ci puisqu’une identité est personnelle autant que leur musique est belle, angoissante, percutante, majestueuse. Produit par Ian Caple (Bashung, Higelin, Tricky) cet opus est donc une pièce à part dans notre culture musicale évitant les préjugés sommaires et les étiquettes douteuses.
Les sept mercenaires auteurs de cette fable épique délivrent ici une musique vagabonde au-delà de l’étrange. Errance mélodique, intrinsèquement rock et diablement perverse ("fantaisie démonacale"), l’insolite se suffit comme seule motivation à moins qu’elle ne se complète avec le beau. Oui c’est certainement ce qui caractérise le mieux ce disque : la beauté sauvage et le souvenir indélébile d’horizons sans lune. Une nuit noire ou les badauds hagards se perdraient dans un tourbillon de fantasmes délurés. Au travers d’un songe sans fin et d’un univers délicatement construit, ce cocktail de jouvence est à consommer sans retenue. Un chef d’oeuvre aux sept visages made in France qui fera pâlir de jalousie nos voisins anglo-saxons. Pour une fois soyons chauvins après tout on a une bonne excuse !

Label : Lez’art Music
Lien web : www.googooblown.com

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3