||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Keben records (2006)

GÂTECHIEN

Trois

Attention tuerie. Troisième capture sonore pour ce duo abracadabrantesque. Le mariage non usurpé d’une basse et d’une batterie, d’un chant colérique et apaisant (parfois). On parle souvent d’ovni pour caractériser ce genre de phénomène mais avec Gâtechien il est surtout question d’une bombe nucléaire, qui fait mal, qui s’y frotte s’y pique porquépic. Mais revenons en à nos blancs moutons ou plutôt à nos joues rouges, car ce disque est une sacrée trempe. Un cyclone musical sans précédent qui puise sa folie dans un style inclassable mais ô combien imposant. S’éterniser à trouver un quelconque entendement serait une prouesse inutile pour ce duo insaisissable filant vitesse grand V comme une étoile filante. Impalpable leur musique défile dans un antre mystérieux craché à grands coups de butoir. Une excentricité qui n’appartient qu’à eux. Une formation loin d’être anodine à tel point qu’on en oublierait presque qu’ils ne sont que deux tellement leur habileté et leur souplesse technique est incroyable. Une basse haltérophile décapante et ultra créative, un batteur assassin et substantiel qui se suffisent, se complètent, et trépignent dans une immense subversion. Mariant le hardcore au punk et surtout à leur folle créativité tantôt groove tantôt rock subliminal. Des musiciens aussi bons techniquement et artistiquement forcément ne passent pas inaperçus alors oui Laurent et Florian sont coupables. Motif ? Confection d’une arme à longue portée dévastatrice et imprévisible à l’image de ce chant refluant vers nos plus bas instincts. La stridulation nerveuse de leur (free) style déconcerte et se déconnecte du sempiternel couplet-refrain abrasif et gavant. Il est donc bien question d’innovation et d’une personnalité forte. Parler de leurs influences serait donc réduire leur faculté à se démarquer tant leur patte est perceptible et leur son reconnaissable entre mille. Pas de porte-à-faux donc mais une mécanique déstructurée hargneuse et agressive. En constante chute libre "Trois" s’écoute en une seule fois, comme un livre ouvert, miroir d’un défoulement psycho-ténébreux. Les roulements de la batterie et les multiples incartades de cette basse hallucinogène sont bluffants sans parler des harmoniques subaigus qui frisent l’impertinence. Gâtechien, après ce coup d’état s’installe donc confortablement sur le trône de la satiété et plante son glaive dans le sacro-saint du temple indé.
Etant donné la multiplication des chefs d’accusation, les deux putschistes sont donc reconnus coupables d’avoir réalisé un disque virulent et addictif. Le verdict est sans appel et l’adage évident : les deux musiciens sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité, c’est-à-dire à la confection de nouvelles preuves de leur incroyable génie.

Label : Keben records
Lien web : http://gatechien.tk

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3