||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Dub Trio / Peeping Tom

8 novembre 2006, Paris Elysée Montmartre

On se plaint souvent de la grisaille parisienne en ce mois de novembre. Mais il faut bien l’avouer, l’automne-hiver est souvent propice à moult bons concerts, et en ce mercredi 8, la règle n’est pas bafouée.

Quand les portes de cet ancien théâtre s’ouvrent enfin, on découvre un Elysée Montmartre en petite configuration, le bar du fond est voilé par un grand rideau noir et l’habituel stand de t-shirt se trouve à l’entrée géré par une charmante jeune fille toute blonde. La scène encore plongée dans le noir laisse apercevoir un nombre incalculable d’instruments. 19h30 légèrement dépassé, Dub Trio arrive enfin sur scène afin de jouer sur un espace confiné. En effet une immense table noire remplie de samples et autres platines prend quasiment toute la place. Mais l’excellent batteur Joe Tomino démarre sur les chapeaux de roue. Le trio excelle dans son style inclassable, un mélange bâtard de métal et de dub. Le son est puissant, impeccable. Soit dit en passant l’Elysée Montmartre se trouve dans le classement des meilleures salles pour l’acoustique sur le plan européen. Les titres s’enchaînent à une vitesse vertigineuse, pour leur première venue à Paris les petits gars de Brooklyn signent d’emblée pour un prochain concert. Ce qu’on pourrait leur reprocher est le manque effectif de contact avec le public, on croirait presque assister à une répétition live. Mais leur habile technicité nous fera rapidement oublier ce léger désagrément. Dub Trio on signe tout de suite.

Alors que la salle se remplit de plus en plus et que chacun a acheté son t-shirt de Peeping Tom, les techniciens s’affairent sur le plateau mais à notre grande surprise ne changent en rien les instruments déjà sur scène. Bizarre.
Le plateau enfin prêt, délaissé par les petits hommes en noir et on attend. Une attente presque déraisonnable. Tout semble ok et pourtant rien. Entre deux cigarettes aux pouvoirs surnaturels, le public siffle, crie, tape des mains, s’impatiente...
Enfin les lumières s’éteignent et les musiciens débarquent. Et là tout s’explique : la scène inchangée et l’attente. En effet Dub Trio (sûrement bien reposé après tout ce temps) revient sur scène afin d’assurer aux côtés d’un dj (qui change selon les disponibilités), de Brem Inscore (claviers), Imani Coppola (chant) et l’inimitable Rhazel tout le concert. Mike Patton arrive à son tour vêtu sobrement d’un costume noir et d’une chemise blanche. Séparé de tous ses samples qu’il emploie lors des concerts de Fantômas et Tomahawk, on devine d’instinct que cette bête de scène va pouvoir se lâcher tout comme il le faisait avec Faith No More.

Les hostilités commencent et l’album prend une toute nouvelle forme. En effet, la présence de Dub Trio apporte une puissance invétérée, la pulpeuse Coppola, habituée au r’nb n’a aucun mal à suivre Patton dans ses exercices vocaux et tout ce petit monde semble détendu et se faire plaisir avant tout. Une ambiance colonie de vacances genre "La croisière s’amuse"... Mike est à l’accoutumée le boss, il chante merveilleusement bien, saute partout, gesticule dans tous les sens et nous offre un merveilleux contact avec son éternel humour pince sans rire. Il est heureux et ça se voit. Alors que l’album propose toute une pléiade d’invités on se demandait comment le Général allait bien pouvoir faire sans eux. Les plus mauvaises langues auront été calmés d’emblée car si les trames de l’album n’ont pas été modifiées elles ont été améliorées. Peeping Tom groupe de scène ? OUI.

Alors que le groupe égrène toutes les compos de l’album "Mojo", "Getaway" ou encore "How u feelin ?" dans une folie furieuse, voilà que les musiciens quittent la scène, laissant seul leur acolyte Rhazel nous faire une petite démonstration de son talent et le bougre n’y va pas de main morte. Hallucinant. Il arrive à faire deux sons bien différents avec sa bouche. Imposant comme un gros nounours l’ex The Roots fait du beat box comme d’autres font du vélo. Autant dire cet exercice de style semble pour lui naturel. Le public exulte, explose même lorsqu’il fredonne avec une justesse inouïe la célèbre intro de Seven Nation Army des White Stripes. Lorsque les autres membres reviennent, c’est un Patton hilare que nous découvrons lançant des "yep" en concours avec Rhazel (ça sentait la private joke à plein nez !).
Les morceaux de l’album reprennent et on a de plus en plus de mal à savoir qui de Rhazel ou du dj fait les excellents scratchs, ou encore qui de gros nounours ou du bassiste arrive à faire trembler la salle avec un son aussi ahurissant qu’un boeing au décollage.
Finalement ce sera au tour de l’homme aux platines de nous faire une toute petite démo, lui aussi resté seul sur scène. Mais lorsque le morceau "not alone" arrive enfin (le morceau que Patton et Dub trio ont composé pour le troisième album du trio et remixé sur celui de Peeping Tom), Mike reprend une ligne de chant comme il avait l’habitude de faire avec Faith No More et on sent à quel point il se donne à fond. Emotion.

Et comme pour calmer le jeu, "Sucker" ou la charmante Imani Coppola remplace la très belle Norah Jones en susurrant des "sucker" à rendre fou tous ceux ayant fait voeu de chasteté...
Après avoir donc joué l’ensemble de leurs morceaux et même d’autres, le concert s’achève après un petit rappel. Et le bilan est lourd car Patton a encore gagné, il a enfoncé le clou. Attendu au tournant, ce dernier a prouvé avec brio qu’il était le maître de cérémonie des paris les plus fous. Et surtout qu’il excelle avec nonchalance dans tous styles confondus.

Alors que chacun se remettait tranquillement de la claque insufflée par le Général Patton, la bande de potes quittait la scène, souriant, se serrant la paluche. La soirée pour eux ne faisait que commencer...
Pour tous ceux qui auraient accueilli l’album avec une moue non dissimulée, ils auront été enchantés par ce concert, une excellente démonstration d’un énième projet de Patton devenu groupe de scène incontournable.

Lien web : www.ipecac.com

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3