||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

HB Records (2006)

DEVONMILES

Nine Hundred

DEVONMILES-Nine Hundred
Cocorico ! La France, désormais n’a plus à envier le savoir-faire anglo-saxon pour faire du rock. Car il existe désormais en nos terres de très bons groupes qui peu à peu sortent de leur musarde. Finis les glapissements sauvages et dédaigneux usurpés par une culture "wesh-wesh core" initiée par des groupes comme Enhancer et Pleymo.
Les irréductibles néo-métalleux n’ont qu’à bien se tenir car un groupe comme DevonMiles pourrait bien peser lourd dans la balance et changer la donne. "Nine Hundred" apporte un souffle non pas novateur certes mais prometteur ça c’est sur. Formé près d’Orléans en 1999, après un Ep- 6 titres sortis en 2003, les voici de retour avec ce nouveau maxi 5 titres très court (15 min).
Mais comme on dit, mieux vaut privilégier la qualité que la quantité. Et nos 4 orléanais n’y vont pas avec le dos de la cuillère mais plutôt avec le plat de la main, comme une véritable claque.
Après une intro musicale en fanfare digne d’un bon Rage Against The Machine ("generic drug"), voilà que les titres suivants s’enchaînent sans flottement avec une audace mélodique dans un contexte sombre et pesant. Les deux guitares étant en parfaite osmose pour répondre à une avalanche rythmique téméraire, les breaks de batterie à "fleur de fut" se pimentent à merveille avec une basse volubile. Du groove donc. Fils spirituels de Helmet, héritiers certains de Jesus Lizard, DevonMiles tombe comme un cadeau du ciel, un cadeau de la providence. Sept ans de travail acharné auront donc été nécessaires pour polir comme une belle pierre ce maxi, sept années bénéfiques symbolisant la maturité.
D’ailleurs, Sly (ex bassiste des Homeboys) ne s’y est pas trompé en les signant sur son label HB Records. On regrettera cependant au niveau de la production le chant légèrement en retrait par rapport aux grosses guitares, ce qui s’apparenterait plus à une maladresse qu’à un vilain défaut.
Et n’en déplaisent aux puristes qui retrouveront le charme d’antan avec des descentes de manche laissant penser à Iron Maiden ("crash into june"), titre que vous retrouverez d’ailleurs en clip vidéo multimédia sur le cd, elle est pas belle la vie ?
Bref d’une ossature plutôt musclée, espérons que cette charnière métallo-punk-post rock (pour ceux qui aiment les étiquettes) qui embrase ostensiblement nos tympans médusés accède un jour à la notoriété qu’ils méritent. Déjà très actifs dans le milieu rock indé d’Orléans au sein du collectif PP&M (Burning Heads), espérons qu’ avec un titre aussi scotchant que "Dekkis Morton", nos chers camarades orléanais nous livre très prochainement un album dans cette même verve, délivrant cette fulgurante énergie.
Aux dernières nouvelles, il semblerait qu’un clavier serait venu renforcer l’effectif. Pourvu que ce dernier trouve sa place sans trop modifier l’ordre établi. Mais comme on dit si bien, qui vivra verra.
Un disque à se procurer donc très vite...

Label : HB Records
Lien web : http://blog-art.com/devonmiles

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3