||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Rock & Roll Charity Hospital (2006)

CERCUEIL

s/t

Amis du death-métal et autres compagnons de son brutal en tout genre, ce disque n’est malheureusement pas celui que vous imaginez. Il faut dire qu’avec un tel nom de groupe, certains sont en droit légitime de s’attendre au genre de musique le plus démoniaque qu’y soit. Que nini !
Poésie gothique, lyrisme electro post-indus, Cercueil formé en 2004 crée donc la surprise avec ce premier maxi enregistré par Fred Norguet (Burning Heads, Ezekiel, Sidilarsen, Sleepers) dont on reconnaitra d’ailleurs le formidable travail : un son bien léché digne d’une grosse production.
Samples aux confins trip-hop, voix féminine tantôt langoureuse, tantôt énergique, le groupe nous berce ("u need it"), nous bouscule ("opening night") morceau où le chant semble assez proche de celui de Catherine Ringer des Rita Mitsouko. Tantôt pop subliminale, tantôt convoitise mystique, on est pas loin de l’univers alambiqué de Elysian Fields même si le chant ici est moins aérien. Basse virevoltante, sonorités folk largement amplifiées voire saturées, les effets imprègnent une sorte de douce hargne. La pluralité vocale est saisissante, bluffante et encourage donc à espérer un aboutissement concret dans les plus brefs délais. Et, détail à prendre en considération, ce magnifique ensemble est magistralement orchestré par seulement deux personnes. Ainsi Pénélope Michel et Nico Devos sont un peu les White Stripes de la scène electro francaise. L’équilibre entre les deux membres est idéal, parfait, par conséquent fusionnel. Le chant s’accomode toujours aux sonorités extrêmement bien ciselées et concises et vice -et -versa. Complémentarité évidente.

Les Lillois ne sont donc pas avares en compositions détonnantes et nous persuadent de leur brio. Créant un univers teinté de mélancolie ("noche"), les deux acolytes inspirés par le cinéma seraient en train de préparer des vidéos dans le but de les diffuser en live. A noter que le duo a pris pour habitude de s’embarquer dans diverses formes de diffusion de sa musique. Cercueil a donc le pouvoir de nous transporter dans d’autres sphères, ainsi le support vidéo apparait comme une évidence. Se substituant donc au schéma traditionnel pour délivrer une musique bien personnelle, le seul reproche que l’on puisse faire est que ce premier opus ne soit qu’un maxi. Un disque à ne surtout pas enterrer...

Lien web : cercueil.cercueil.free.fr

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3