||||||||||||||| DOMINO PANDA |||||||||||||||

 

Autoprod’ (2007)

APPEL D’AIR

Ouvrez les fenêtres

Le réchauffement climatique et la pollution imbécile font grand débat en ces jours de printemps qui prennent le pas sur un hiver plus doux que la normale. Mais ces vrais soucis, hélas ne concernent qu’un microcosme de personnes averties se souciant davantage de la qualité d’un monde meilleur que de l’épaisseur de leur porte-monnaie. C’est bien connu les gens vivant au vert se préoccupent plus de l’environnement que les gens de la grand-ville. Appel d’Air originaire de Vendée se fait justement missionnaire d’une dénonciation de ces méfaits avec humeur et humour. Rejoignant la grande famille des Ogres de Barback et autres Têtes Raides, nos huit personnages hauts en couleurs ont ainsi décidé de condamner ces bouleversements qui nous guettent, avec l’intelligence d’un Brel et des textes concis influencés par Brassens ("Con se le dise"). La poésie des mots épouse une vigueur dansante rappelant sans doute les premiers albums des Naufragés. Esquivant toute vulgarité ou compromis de langage absurde, on se prend même à taper du pied sur des rythmes de guinguette effrénée. Pas sûr pourtant que le groupe se compromette dans les bals du samedi soir et autres fêtes de village. Non ne poussons pas mémé dans les orties ! Cette gentille bande d’énervés vaut bien plus que cela même si leur album tendrement ingénu ne nous apprendra rien de plus sur la sottise et autres abus en tout genre. Il s’agit davantage d’une récréation de point de vue, un débat d’idées non politisé esquivant d’un revers toute démagogie nauséeuse ; un conte pour grands enfants qui ravira les lecteurs assidus du Petit Prince ("Tonton"). Avec délicatesse, ironie et sarcasme on sourie aux souvenirs de nos histoires adolescentes ("amourette") et on se dit qu’il est souvent difficile de respecter ses idéaux de jeunesse, corrompus par un idéal moisissant avec le temps. C’est la fusion du rêve et de la dure réalité qui sont ici dépeints avec justesse et réalisme.

Mais sachant se faire bien plus grave dénonçant sans détour les ravages biens connus et ignorés du Paris-Dakar ("Paris par là-bas"), le juste équilibre est trouvé dans cet album fort sympathique qui tend justement à ouvrir grand les oreilles. Quand la chanson à texte est si habilement menée, on vote sans concession pour des opinions défendues avec une main de fer glissée dans un gant de velours. En somme c’est un album plein de fraîcheur et de spontanéité qui plaira aux fans inconditionnels de Tryo et consort.

Pour anecdote, le groupe, explosif sur scène enchaîne les déguisements en se travestissant vers l’absurde, finissant souvent leur fête musicale en simple tenue de rigueur. Si bien que quand l’avenir de la planète devient préoccupant au point de ne tenir qu’à un slip ou plutôt à un fil, il est de bon ton d’ouvrir grand les fenêtres car les histoires contées par Appel d’Air sont suffisamment tendres et sincères pour être entendues.

Lien web : www.appeldair.tv

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
myspace | newsletter | liens | rss | contacts
since 2006 - Domino Panda | sf/onth#! | mz-webzine.org | ^top^

Ce site n'est pas adapté à Internet Explorer. This site is not very suitable for Internet Explorer.
Firefox 3